Les 5 scénarii catastrophes qui empêchent le bien-être de votre enfant

Laissez-moi deviner…

Avant la première naissance, vous aviez un scénario précis sur la parentalité. Vous vous disiez :

« Moi ! Quand je serai maman, il m’obéira au doigt et à l’œil. Il ne se roulera jamais par terre dans les supermarchés. On sera une famille heureuse et épanouie ».

Vous vous imaginiez comme ces mères modèles dans les séries américaines. Évidemment, votre enfant avait un développement parfait. Vous étiez sur un nuage, et déterminée. C’est bien ça ?

Un bébé dort, mange et fait ses besoins : rien d’insurmontable. En cas de doutes, vous trouverez de l’aide sur internet ou auprès des parents bienveillants. Oui, mais voilà.

Après la naissance, vous vous êtes rendu compte de quelque chose. Parent ou pas, tout le monde vous conseille. Vous trouvez des tonnes d’avis divergents sur internet. Qui croire ?

Oui, un bébé c’est compliqué. Vous cherchez le meilleur pour son bien-être. Alors j’ai décidé de regrouper pour vous, les pires scénarii néfastes pour votre enfant et démolir les conseils de votre entourage.

Voici les 5 nominés dans la catégorie des conseils à oublier pour le bonheur de votre bébé. Et on commence tout de suite par le premier.

Quand Mozart rencontre Einstein

Vous en avez déjà entendu parler n’est-ce pas ?

L’effet Mozart.

1993, le chercheur Rauscher et son équipe montra qu’écouter Mozart améliorait le QI des étudiants. L’effet Mozart était né, et la nouvelle retentissait comme l’effet d’une bombe :

    • Des états américains distribuaient des CD Mozart aux nouveau-nés.
    • L’académie des arts et des sciences américaine envoya par conteneur des CD aux hôpitaux.
  • Livres, CD, sites internet : L’effet Mozart devient un business.

A partir de là, est venue la croyance que faire écouter du Mozart au fœtus à travers le ventre de maman aurait les mêmes bénéfices.

Logique.

L’ouïe de bébé est mature vers 6 mois de grossesse. Il entend la voix de maman et de papa. Avant il n’entend rien à part les bruits digestifs, circulatoires et cardiaques du corps de la maman.

2010, des chercheurs autrichiens ont analysé 39 études avec plus de 3000 tests.

Le résultat ? Rien, nada, aucun lien entre Mozart et le QI. Ah, j’ai oublié, l’expérience de 1993 montrait une augmentation du QI de 10 à 15 minutes.

Moralité, « l’effet Marketing Mozart » reste. Aujourd’hui encore, on trouve dans le commerce des casques à mettre sur le ventre de maman. N’est-ce pas mignon et amusant ?

Oui, mais voilà ! Des médecins ont constaté qu’exposer le fœtus à des sons intenses peut endommager son audition.

Pourquoi ?

C’est simple, l’oreille du fœtus est faite pour se développer au contact des sons extérieurs pas pour les recevoir directement.

Écouter la musique de Mozart est reconnue pour avoir un effet apaisant, mais elle ne transforme personne en surdoué. Par contre vous pouvez le transformer en Beethoven.

Ce que je vous conseille de faire :

Si vous tenez à lui faire découvrir la musique :

  • Écoutez de la musique pas trop forte et pas de casque sur votre ventre.
  • N’hésitez pas à varier les styles de musique.
  • Chantez et dansez avec lui.

Ces petites actions auront bien plus d’efficacité pour stimuler votre bébé aux divers sons existants.

Puisqu’on parle de croyance, le deuxième nominé va en contenir une bien délicate.

Sixième sens…de la belle-mère

Qui ne connait pas le sixième sens de la belle-mère ? Ou de la tante ? Ou de la copine ?

Fermez les yeux et rappelez-vous. Vous voyez la scène venir ?

Belle maman s’approche du bébé. Elle touche les mains. Elle touche les pieds. Et, le verdict tombe : « Il a froid. Couvre le plus ».

Vous culpabilisez. Comment vous sa maman ne l’avez-vous pas remarqué avant. Et pour peu que votre mari soit toujours d’accord avec sa maman…vous vous sentez nulle.

Une autre ? Bébé dort dans son lit. Belle maman s’approche. Elle lui touche les mains. Elle réveille son sixième sens et abracadabra : « Il a froid. Il fait froid dans cette chambre en plus. Couvre-le plus voyons. »

Incompréhensible. Le thermomètre montre 19°C dans la chambre. C’est trop froid ? Que faire ?

Voilà, des réponses pour contre carrer le sixième sens de belle-maman :

  • La chambre de bébé doit être aux environs de 19°C.
  • Un bébé ne doit pas être trop couvert. Il n’y a pas de  : « Au pire il transpire ».
  • Les pieds froids ne rendent pas malades.

Pourquoi ?

Parce qu’une chambre surchauffée ou un bébé sur-couvert sont des facteurs AGGRAVANTS de la mort subite du nourrisson, selon le London School of Hygien and Tropical Medecin.

Mieux vaut plus frais que chaud. Oui, le nouveau-né régule mal sa température, mais l’excès de vêtements est dangereux.

Ce que je vous conseille de faire :
  • Contrôlez que la chambre soit aux alentours de 19°C
  • Utilisez un thermomètre, les pieds et mains n’indiquent RIEN. Message pour belle maman.
  • Regardez le visage ou la couleur des extrémités
    • Visage rouge, transpiration : attention ça chauffe.
    • Ongles légèrement bleus, frissons : pensez à couvrir plus.
  • Voici, comment habiller bébé en fonction de la température.

Bienvenue à Gattaca

Vous connaissez ce film ? Ça parle de conformité et standardisation. Tout le monde se ressemble, pas de place pour les personnes différentes. Vous fabriquez votre bébé sur catalogue ADN, en un mot eugénisme.

Et vous savez quoi ?

Nous sommes tous différents et nos bébés aussi. À l’origine, les médecins ont décrit les phases de développement de l’enfant pour repérer au plus vite les complications et handicaps.

Mais voilà.

Grâce à la magie d’internet, tout le monde est devenu médecin. Les phases de développement deviennent des cases de conformité.

Vous avez déjà entendu je suis sûre :

  • « Quoi ! Il a 15 mois et il ne marche pas encore ».
  • « Il ne dit pas encore maman à son âge ?  Tu as consulté un spécialiste ? »

Quand on ne rajoute pas :

  • « Ma fille sait parler depuis ses 1 an ».
  • « Moi ma fille a marché à 10 mois ».

Assez effrayant n’est-ce pas ? Avez-vous déjà eu cette peur atroce que votre enfant soit en retard dans son développement ? Au point même de regarder encore et encore les témoignages sur internet dans le but de vous rassurer.

Je vais vous dire un secret.

Chaque enfant évolue à son rythme. Ils ne peuvent pas tout apprendre en même temps. J’ai vu des enfants parler vraiment bien à 16 mois et marcher à 18 mois. Et l’inverse aussi. Certains semblent traîner tout le temps, d’autres des vrais précoces.

Et vous savez quoi ? Vous n’y pouvez pas grand-chose.

Ce que je vous conseille de faire :

Je sais que malgré tout vous voulez aider votre enfant à se développer au mieux

  • Parlez-lui normalement. Pas de « gaga ahreu ». Le bébé doit apprendre le langage et il n’y arrivera pas si on ne lui parle pas correctement.
  • Lisez-lui des livres dès le plus jeune âge.
  • Proposez-lui des jeux qui le stimulent intellectuellement et dans sa motricité. Pas un jouet qui joue tout seul.

Dans le film suivant, vous allez aider votre enfant à s’évader.

L’évadé du Parc

Ah ! Le parc à jouets. Quelle formidable invention. On le place dans un coin de la maison. On y met bébé et ses jouets. Tous les jouets sont à disposition, il est en sécurité. Et vous pouvez vaquer à vos occupations à côté de lui évidemment.

Ça vous parle ? La sécurité : oui, mais à quel prix ?

L’enfant a besoin de découvrir son environnement, de bouger. Votre enfant est un Christophe Colomb en herbe. Il a soif d’explorer. Il a soif de découvrir. Il a soif de comprendre. Brisez-moi ces barreaux. Votre enfant mérite mieux qu’une prison de jouets.

Les parcs à jouets, les mises au transat de plus de 10 minutes, ou tout autre objet ou jeu qui le confine, ralenti son développement moteur.

La solution ? La motricité libre. Le blog Bougribouillons vous explique en image. Ses conseils décorent les murs des crèches.

Les bienfaits de la motricité libre :

  • On respecte le rythme de bébé.
  • Il part à l’aventure pour découvrir son environnement.

Et oui, la liberté demande de l’engagement : adapter votre logement et surveiller de plus près.

Ce que je vous conseille de faire :
  • Bannir tout ce qui empêche bébé de bouger et partir à l’aventure.
  • Sécuriser sa maison.
  • Habiller confortablement bébé.
  • Ne pas mettre bébé dans une position qu’il n’a pas encore acquise. C’est-à-dire : on n’assoit pas un bébé qui ne sait pas s’asseoir.

Le prochain nominé est un film d’épouvante. Tous les parents le redoutent.

Il cause de nos jours l’un des principaux soucis de la parentalité.

Nuit blanche à la casa

Le Sommeil…ou les griffes de la nuit. J’aurais pu appeler ça comme ça aussi. Le sommeil…le problème que chaque parent rencontre au moins une fois.

Au fait…avez-vous bien dormi ?

Bon, on ne va pas se mentir. La personne qui a inventé l’expression « dormir comme un bébé » n’a jamais eu de bébé.  Ou alors c’est un maso. Le sommeil de bébé est saccadé : plus il est jeune plus son cycle de sommeil est court. Les réveils nocturnes sont fréquents, multiples et quotidiens.

Vous êtes fatigué ? Vous n’avez plus de solutions ?

C’est là que tout le monde s’en mêle et vous livre leur secret : « Mais laisse-le pleurer. Il doit comprendre que c’est l’heure de dormir, et ce n’est pas lui qui décide ». « Tu connais la méthode du 5-10-15 ? C’est génial. Avec mes enfants ça a marché ».

C’est vrai. Laisser pleurer marche, mais à quel prix ?

  • Une sensation d’abandon.
  • Un manque de sécurité.
  • Un sentiment de solitude.
  • Une souffrance affective et physique.

Pour couronner le tout, les neurosciences confirment des troubles de développement dans son cerveau.

Depuis 2 siècles (seulement), nos nouveau-nés dorment seuls dans leur chambre, dans leur lit. Et nous le surveillons avec un babyphone. Ce n’est pas très vieux vous ne trouvez pas ? Dans d’autres cultures, comme l’Asie par exemple, on pratique toujours le cododo.

Et vous savez quoi ? Ils n’ont presque pas de problème de sommeil.

L’OMS recommande de garder bébé dans la chambre parentale jusqu’à l’âge de 6 mois minimum, en prévention de la mort subite du nourrisson.

Ce que je vous conseille de faire :
  • Ne jamais laisser pleurer bébé seul dans son lit
  • Garder bébé dans votre chambre jusqu’à ses 6 mois.

Mais alors, que faire pour que votre bébé se développe au mieux et l’accompagner dans ses premiers apprentissages ?

Et bien, je vais vous dire ce que mon expérience de maman, mon travail en crèche et les témoignages d’autre maman m’ont apporté.

Il n’y a pas de scénario parfait. Mon meilleur conseil ? Vous écoutez et écoutez votre bébé.

Et,

  • Stimulez-le avec des jeux où il est acteur
  • Lisez-lui des livres
  • Laissez-le découvrir son environnement sans le presser
  • Ne laissez pas votre bébé pleurer seul
  • Ne le couvrez pas trop
  • Respectez son rythme d’apprentissage
  • Faites des câlins.

Sartre disait :

L’enfer c’est les autres

Et parfois, c’est vrai.

Ce qui est néfaste à votre épanouissement :

  • Écouter les conseils d’autre temps.
  • Se comparer aux autres familles.
  • Comparer le développement de votre bébé avec celui d’un autre.
  • Prendre en compte les remarques pas bienveillantes des autres.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Les hauts et les bas sont inévitables. L’important est de faire de son mieux et continuer à progresser pour le bien de votre enfant.

C’est à vous de produire une comédie pour votre bébé plutôt qu’un drame. Vous êtes la productrice, il en est le scénariste et l’acteur principal.

Laissez-moi un commentaire, et racontez-moi ce qui vous pose problème.

C’est important. Cela me permet de produire du contenu qui vous aide vraiment.

Donc, dites-moi tout en commentaire.

Je lis toutes vos réponses.

À bientôt.

Aurore

  •  
    64
    Partages
  • 63
  •  
  • 1
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *